Anxiété – Stress – Crises de panique

Stress, anxiété, crise de panique ? Osez l'hypnothérapie avec Deborah Mends, hypnothérapeute à Your Visual Mind à Auray. Anxiety, panic disorders treatment with hypnosis.

L’étude DELTA (Épidémiologie des troubles anxieux en psychiatrie libérale : prévalences, comorbidité et retentissement, A. Pélissolo et al, 2008) a révélé qu’en France, dans l’ensemble, au moins un trouble anxieux courant a été retrouvé chez 64,3% des patients, tandis que 55% souffraient d’un trouble dépressif. Individuellement, les taux de prévalence sont de 29,4% pour le trouble anxieux généralisé, 25,9% pour l’agoraphobie, 19,2% pour le trouble panique, 15,3% pour la phobie sociale, 11,4% pour le trouble obsessionnel-compulsif et 5,4% pour le syndrome de stress post-traumatique.

Ces troubles peuvent être soignés, mais seulement un tiers des patients est traité.

Quelles sont les causes de l’anxiété?

L’anxiété est définie comme une surestimation de risque dans une situation donnée, et une sous-estimation de ses propres capacités à y faire face.

Une réaction de peur face à un événement déclencheur tel que la peur du jugement des autres, la peur d’une catastrophe, la peur des prévisions d’avenir, peut aller d’un léger sentiment de stress à un comportement de panique dans le cas extrême.

.

Comment le stress est-il à l’origine des crises de panique?

La réaction d’une personne anxieuse s’intensifie peu à peu. Sans traitement, les symptômes d’anxiété augmentent pour aboutir à un trouble de panique.

D’autres peurs peuvent se développer et se cristalliser autour du problème d’origine, et générer des phobies ou intensifier des phobies existantes.

En résumé

Une situation, un facteur déclencheur engendrent des pensées inutiles qui produisent des émotions inutiles et qui entraînent des comportements inutiles… : c’est le cercle vicieux de l’anxiété. Comme nous avons déjà dit, les victimes de l’anxiété interprètent souvent des événements futurs de façon catastrophique, tout en sous-estimant leur capacité à y faire face.

1. Un facteur déclencheur

Par exemple, votre patron vous informe qu’il veut livrer un projet important pour mercredi. Plusieurs pensées stressantes peuvent se succéder :

  • « Je n’ai pas assez de temps ! »
  • « Si j’échoue, je pourrais me faire virer ! ».

2. Des pensées effrayantes

Ces pensées effrayantes conduisent votre système corporel millénaire à réagir à la menace, il se prépare à combattre ou à fuir pour se sentir en sécurité. L’adrénaline envahit l’organisme, et vous fait respirer plus rapidement pour apporter plus d’oxygène pour l’effort à venir.

3. Des signes physiques

Vous remarquez ces changements physiques, mais plutôt que d’arrêter là, vous pensez : « Ce n’est pas normal, mon cœur bat la chamade – et j’ai la respiration haletante. C’est une crise cardiaque ! » 

Vous vous asseyez donc, et avec cette nouvelle pensée, votre cœur et votre respiration s’accélèrent et vous paniquez.

4. L'hyperventilation

L’hyperventilation fait diminuer le taux de dioxyde de carbone dans le sang entraînant des vertiges. Maintenant, vous avez vraiment peur et vous vous agrippez à votre chaise en pensant : « Là, c’est vrai, je me sens étourdi, je vais m’évanouir ! » Etc…

Comment briser le cercle vicieux de l’anxiété ?

Apprendre à penser différemment

Il est tout à fait possible de briser ce cercle, en apprenant :

  • à identifier les pensées automatiques, nos croyances négatives sur nous-mêmes ;
  • à transformer ces pensées inutiles en pensées utiles ;
  • à réagir d’une façon plus adaptée ;
  • à rester détendu dans une situation de stress ;
  • à prendre plus de distance par rapport à nos pensées pour ne plus ruminer (surtout la nuit !) ;
  • à accepter nos émotions pour ne plus passer sa vie à lutter contre.

Ce travail cognitif ajouté à un travail comportemental, pour adapter ses actions, brisent enfin le cercle vicieux.

Dans notre exemple, quand le patron veut terminer le projet pour mercredi, vous pouvez apprendre à penser de façon réaliste : « C’est un homme raisonnable, il ne m’aurait pas donné un projet que je suis incapable d’assumer et, de toute façon, je finis toujours mes projets à temps. Je peux le faire. »

Modifier ses croyances avec l’hypnothérapie

Ce travail cognitif peut permettre d’aller plus loin et de modifier ses croyances profondes.

Par exemple, « je ne suis pas assez bon » peut créer des suppositions erronées comme « si j’échoue, je vais me faire virer ». Les victimes de l’anxiété ont aussi tendance à chercher la sécurité en évitant justement la chose dont ils ont peur… ce qui attise leur anxiété ! 

L’hypnose est un outil important dans ce travail, permettant de renforcer l’égo, de diminuer l’anxiété, d’apprendre la relaxation, et d’ancrer des croyances plus utiles dans l’inconscient, pour apporter un réel changement bénéfique. 

Un volet important du traitement consiste à une désensibilisation systématique. L’hypnose est ici très bénéfique pour conditionner l’esprit et le corps afin de faire face à une situation réelle.

L’hypnothérapie permet de dépasser les émotions négatives et d’évaluer les événements de façon non-critique. Elle libère le corps et l’esprit du sentiment de peur.

Témoignage

  • Quand je suis allé consulter Deborah pour mes crises de panique, je croyais avoir tout essayé. J'avais peur de prendre le train ou l'avion, aller à un centre commercial, monter dans un ascenseur, aller au cinéma ... Je ne voulais pas rester à la maison et jamais plus sortir. Tout juste si j'arrivais à aller au travail. Je désespérais de retrouver ma vie d'avant. Je me sens mieux à la première séance d'hypnothérapie, et après le deuxième j'ai tenu une semaine sans crise de panique. Au bout de quatre séances, j'ai pris un vol pour rentrer chez moi, sans souci !

    Mohamed H.